[imho's little stories] moi et les autres

Publié le par imho

Puis est venu l’âge du doute. Et si tout le monde se voyait comme je me vois ? Et si nous étions tous des Goldorak ? Difficile à dire, difficile de partager une sensation ou un état d’esprit. Comment le savoir ? Je peux difficilement sortir de mon corps et aller voir dans celui d' un autre comment on s’y sent… et si je leur demande, ils vont me prendre pour un fou!


MOI ET LES AUTRES


 

 Et si j’étais le pantin de la vie d’un autre ? Je ne serais personne alors, ou plutôt je serais comme tout le monde ? Non, ça ce n’est pas envisageable, je suis forcément unique… puisque je suis moi. Y en a pas beaucoup qui peuvent s’en vanter ! Ou alors c’est qu’ils sont fous. Ou menteurs.

Encore aujourd’hui, je me surprends à imaginer la vie des gens que je croise, dans la rue, dans les transports en commun. Ont-ils un enfant ? Où va-t-il ? Est-ce que quelqu’un l’attend ? Est-il heureux, connait-il l'amour ? Qu’a-t-il connu, comme joies et comme peines, depuis qu’il est ? Si je lui parle, vais-je influencer son destin ? Combien de vies a-t-il influencées ?
Se demandent-ils la même chose sur moi ?
Non, les gens dans la rue ne vous regardent même pas, donc ils ne peuvent pas se poser des questions sur nous.
Ils semblent vivre chacun dans leur théâtre privé, sans se soucier des pièces qui peuvent se jouer autour. Ils ne se posent aucune question, ce sont des robots, non je sais, des pantins. Ah flûte, je retombe dans mes travers d’être unique, il est temps que je grandisse!



 C’est très agréable comme petit jeu, même enivrant (enfin pour moi, on s’amuse comme on peut quand on est dans le tram et un peu tordu), c'est rassurant, on se rend compte qu'on n'est pas seul, mais ça a aussi un côté effrayant. Ca me replonge des années en arrière, quand mon théâtre s’est écroulé, ou mieux s’est ouvert sur la pièce mondiale.

Si on est tous pareil, ça veut dire que tout ce à quoi je pense, tout ce que je fais, quelqu’un l’a déjà fait avant ? Non, ce n’est pas possible, il n’y a pas 10 Albert Einstein, ou 15 Wolfgang Amadeus Mozart.
Mais je ne suis ni l’un ni l’autre.
Et si je n’étais qu’un être quelconque, sans aucune influence sur personne, sans intérêt, sans grande idée, sans destinée exceptionnelle ? Vertige.
Mais tout ne peut pas être écrit d’avance, c’est impossible…
Est-ce que tout le monde se pose ces questions ? Ou alors ne faut-il pas ? Est-ce utile de se poser des questions dont on ne pourra jamais connaître les réponses ?
Que pensait Albert à 6 ans? Se disait-il, allez, dans 20 ou 30 ans, je vais révolutionner le monde?

Mais alors, comment jouer un rôle dans cet univers immense ? Comment influencer l’humanité (c’est qu’on est ambitieux enfant)? Encore une question à laquelle il va être difficile de répondre…

Et si je commençais par être sage à la maison, ce serait peut-être déjà un bon début… peut-être est-il nécessaire que chacun voit plus loin que son théâtre personnel, peut-être qu'au contraire en prenant soin de son théâtre, le monde ira mieux ? Peut-être faudrait-il qu’on se mette à jouer tous ensemble ? Peut-être faudrait-il que chacun commence à se mettre à la place des autres ? Peut-être y a-t-il des gens qui voient encore le monde comme je le voyais?

Peut-être que je dis n’importe quoi, et qu’il serait temps que je conclue. Tout le monde ne doit pas être aussi tordu, j'imagine.

Je ne sais même pas si tout ce que je raconte à un sens, ou pis, si vous y avez déjà pensé ;)

Allez, j'essaierai d'être plus léger la prochaine fois ! Mais il faudra plus de commentaires, pour qu'il y ait une suite.
Mais peut-être que tout ce que je raconte n'intéresse personne, peut-être que ça n'a aucun intérêt, que je suis juste tordu, peut-être que je devrais arrêter, peut-être...

Publié dans imho's little stories

Commenter cet article

c pas moa c lui 14/04/2006 12:28

ou qu'on est tous un point d'un grand hologramme?

Eric 14/04/2006 10:49

Ce qui me tue dans ces 3 textes, c'est que je me rend compte que j'etais exactement pareil étant gamin... L'histoire des pantins, des destins croisés, tout ca... J'etais même persuadé que chaque action, quelle qu'elle soit, d'une personne dans le monde entrainait forcément une conséquence sur quelq'un d'autre (mon grand truc c'etait que quand quelqu'un boit un verre d'eau, un autre quelque part sur terre doit aller au toilette, et le soir dans mon lit, quand je devais me lever pour aller au petit coin, je maudissait celui ou celle qui venait de boire un verre d'eau...).

imho 14/04/2006 11:15

c'est qu'on est tous tordus alors!! ;-)